Love, etc...

L’espoir fait-il vivre ou mourir?

Décembre 2010. Je rencontre un mec lors d’une soirée chez des amis. Avant de me lancer à le demander en ami sur FB, mon amie ainsi que son compagnon me confirme avoir remarqué son intérêt pour moi. Je suis sur un nuage, ELLE est enfin là. MA rencontre, celle qui va faire que l’année 2011 sera MON année.

Janvier 2011. Trois jours à peine après le nouvel an, je resterai couchée dans mon lit, pour une rupture de plus. Parce que j’avais tant espéré, que la chute fut destructrice.

Et pourtant malgré ça, je fais encore partie de ceux et celles qui continuent d’espérer. Qu’un jour ou l’autre, ma rencontre viendra à moi. C’est d’ailleurs pour ça que j’ai fait graver cette phrase, « never lose hope », sur mon iPod.

Je connais par contre des personnes, amis, qui ont décidé de ne plus espérer. Parce qu’un espoir déçu fait des dégâts. Dont parfois on a l’impression qu’on ne se relèvera plus.

Que vaut-il mieux faire? espérer envers et contre tout? ne plus rien espérer du tout, au moins on n’est pas déçu, et puis si ça finit par arriver on verra bien?

Ma certitude, c’est que si on ne croit en rien, rien ne se produit. Je crois que si on n’espère plus, qu’on reste dans son coin, qu’on garde ses distances, rien n’est possible. Je crois que le soucis, c’est que les gens utilisent mal cet espoir. Pour ne pas être déçu, il faut comprendre que c’est l’espoir d’une chose qui va nous arriver qu’il faut conserver. Et surtout ne pas cristalliser cet espoir sur quelqu’un en particulier. L’erreur, elle est là. C’est sûr, si dernièrement je m’étais dit « voilà, c’est tout, ça n’arrivera pas, c’est lui que je voulais, blablabla », je n’arriverais même plus à me lever le matin pour aller bosser.

Non, ce que je me dit juste, c’est que je vais bien finir par le rencontrer. Et que si dernièrement ça a foiré, c’est que ce n’était pas lui…

Le tout, quand on rencontre quelqu’un, c’est de rester prudent…et toujours envisager, que peut être oui, mais peut être non. Et si c’est ce dernier cas de figure, c’est que ce n’est pas la bonne personne. Car espérer que ce soit cette personne en particulier, nous fait parfois agir comme si devait être elle à tout prix. Si je n’avais pas placé tout mon espoir dans ce type dont je vous parle au début de l’article, j’aurais plus pris en compte le fait qu’il ait mis 15 jours avant de m’inviter. Puis une semaine avant qu’on ne se revoie. Qu’il ne m’a même pas souhaité un « joyeux Noël ». Que son ex était encore en fond d’écran de son PC. Mon espoir m’a aveuglée. Parce que je l’ai mal placé. Voilà la leçon à en tirer.

Leçon que j’ai dorénavant apprise, même si j’ai encore quelques ratés.

Et puis parfois, nos rêves nous font des clins d’oeil…comme ce rêve d’une rencontre, avec un mec tout emballé, tout dévoué, tout intéressé par moi….ça m’a fait un bien fou, et depuis, j’ai vraiment hâte que ça m’arrive….

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

23 réflexions au sujet de « L’espoir fait-il vivre ou mourir? »

  1. Tu apportes un angle différent très intéressant je trouve. 🙂
    Je crois comprendre ce que tu veux dire. De mon point de vu si une personne ne représente pas un espoir, je ne vois pas l’intérêt d’essayer. Comment verbaliserais-tu ton espoir ? Moi, ça serait « Et si c’était elle ? » Et forcément, si quelque chose peut me laisser penser que c’est le cas, c’est par là que ça va se diriger. Mais c’est aussi une forme de veille permanente, c’est attendre que cet évènement attendu arrive alors qu’il existe aussi la probabilité, et elle est réelle ne nous mentons pas, qu’elle n’arrive pas ou qu’elle arrive bien plus tard qu’on ne l’aurait souhaité.
    N’est-il pas mieux de diriger cette fuite d’énergie passive vers quelque chose de plus actif comme la complétion de soi, n’être plus qu’un. Indépendant, sans avoir justement besoin de quelqu’un à ses côtés. Pour justement pouvoir la recevoir pour ce qu’elle est et pas pour ce qu’elle offre ? 🙂
    Je pense aussi que chacun doit avoir son propre chemin sur le sujet. Il n’est pas de ligne conductrice générale qui permette de traverser la vie indemne, juste des chemins différents plus ou moins lumineux. 😉
    Tant de questions… 🙂

    1. Je te répondrai qu’en te lisant, je lis plutôt « besoin » qu’espoir….
      Pour moi l’espoir, c’est souhaiter très fort quelque chose, et avoir une vision positive de oui, ça va arriver….même si au fond de soi, on n’a pas la boule de cristal.
      Mais quand je te lis, je vois plutôt quelqu’un qui est « en attente de », tout en n’y croyant pas au fond de lui. Et être en attente de, c’est pas juste espérer. Car espérer pour moi n’a pas besoin d’énergie passive. C’est dans un coin de ma tête, je vis ma vie et voilà. Être en attente, c’est risquer de dépenser une énergie folle chaque fois qu’on rencontre quelqu’un, car (et là on rejoint mon article), on met l’espoir sur cette personne…
      Mon espoir, c’est pas « et si c’était lui? », car déjà ça met une pression de dingue, mais plutôt « qui est-il? est il fait pour moi? et notre relation va-t-elle déboucher sur ce qui me convient? ».
      C’est une différence de termes importante pour moi.

  2. Il faut garder la foi quoiqu’il arrive ! Si on ne croit plus en l’amour pourquoi arriverait-il et surtout commente serait-on capable de le reconnaître ? Oui on se prend pas mal de baffes, on apprend comme ça, mais continuer de penser que LA rencontre arrivera n’est-ce pas la preuve qu’on a un coeur prêt à battre ?

  3. Il faut garder espoir mais ne pas se voiler la face ! C’est tellement vrai ce que tu dis, quand on place trop d’espoir en quelqu’un, on va au devant d’une désillusion plus grande !
    Mais dans ton dernier article, tu parles d’un coup de cœur récent non ?

    1. Oui, dans le dernier (avant celui-ci), c’est un coup de coeur tout récent…mais pour cet article-ci, j’ai préféré prendre le dernier coup de coeur pour qui je me suis rendue malade encore et encore…Jusqu’à ce que je veuille bien accepter que c’était pas lui, tout simplement…:-)

  4. « et toujours envisager, que peut être oui, mais peut être non. » ça c’est la phrase clé, t’as tout à fait raison. ne pas mettre son espoir dans une personne et être toujours conscient que rien n’est acquis et rien n’est pour toujours et qu’une personne ne comblera jamais ce qui nous manque dans le dedans de nous-même.

  5. je ne m’imagine pas vivre en pensant qu’il n’y a plus d’espoir que je ne rencontrerai personne! non ça viendra, il y aura peut-etre encore des échecs mais comme tu le dis c’est comme ça qu’on apprend et qu’on grandit. J’y crois encore et j’y croirai encore longtemps 🙂

  6. quand je commence une relation dans laquelle je suis bien et seulement dans ce genre de relation, je me dis peut être que oui cette fois… mais je garde dans l’idée que ça peut être comme toujours non, et du coup je profite et comme ça au moins je n’aurais pas de regrets. très belle réflexion

  7. Continue d’espérer, de rêver!!! Quand on est déçu on se dit « stop j’y crois plus blabla » puis une rencontre, un coup de coeur et c’est reparti!! Alors surtout un conseil c’est une qualité d’avoir de l’espoir. Ne laisse personne t’enlever ça et un jour tu te diras j’ai bien fait d’y croire:-)

  8. Tant qu’il y a de la vie il y a de l’espoir!
    Moi je suis de celles qui foncent (raisonnablement) parce que la vie est courte, et qu’il ne faut pas en louper une miette… Alors oui on s’en ramasse dans la gueule, mais on se relève! Et quand on croit que l’on a épuisé toute son énergie et son courage une nouvelle perspective amoureuse se présente, et on essaie… Un jour ce sera la bonne personne. Mais si on ferme la porte aux rencontres on ne trouvera ni bonheur, ni malheur….!! Et puis c’est en se cassant la gueule que l’on apprend à se connaître soi-même!!

  9. Je me reconnait parfaitement dans « la chute destructrice » , et je trouve ta phrase « Le tout, quand on rencontre quelqu’un, c’est de rester prudent…et toujours envisager, que peut être oui, mais peut être non » c’est exactement ça ,seulement je n’arrive pas a l’appliquer encore …

  10. Je pense qu’il ne faut pas perdre espoir… 🙂 Après, c’est une question de personnalité. Je crois que je vis d’espoir depuis que je suis née ; je ne peux juste pas m’en empêcher ! « Sept fois à terre, huit fois debout » ! C’est tout moi.
    Plus spécifiquement, j’étais justement en train de regarder des notes pour un projet que j’ai (A guide to dating and relationships), où j’ai écrit qu’à chaque fois que j’ai échoué à atteindre mon but, au lieu de changer de but, j’ai interrogé ma stratégie. Cela rejoint ce que tu dis : ce n’est pas l’attente elle-même qui est erronnée, mais la personne à laquelle on l’a associée, par exemple.
    Garde espoir !! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s