In My Mind

Ne pas devenir comme les autres

pascommelesautres

Cette réflexion n’est pas toute récente, et date du milieu de la tempête de mon histoire avec Monsieur Last-but-not-least.

Deux amies étaient au courant de cette histoire (dont la fille de cet article-ci). Voyant que j’avais du mal à tourner la page de cette histoire la première me demanda : « mais il s’est passé quoi exactement entre vous? ça a été jusqu’où? ». La seconde a été plus cash « oui mais quoi, t’as couché avec ou pas? ».

Bien.

A l’heure où le virtuel remplit nos vies et peut provoquer parfois tout autant de dégâts que dans notre vie réelle, qu’une claque virtuelle fait aussi mal qu’une bien réelle, j’aimerais qu’on m’explique une chose.

On n’a pas le droit d’aimer quelqu’un, et donc de souffrir si ça se termine mal, si on n’a pas couché avec?

Qu’aurais-je pu répondre à ces filles?

Ah, si on s’est embrassés, c’est un début, mais y a pas mort d’hommes…..

Si c’est tout on n’a pas le droit de se plaindre, et d’avoir mal si l’histoire s’est arrêtée alors qu’on voulait qu’elle continue?

Mais si on ajoute qu’on connaissait la personne depuis plusieurs semaines, ça compte ou pas?

Et si finalement ça a été jusqu’aux préliminaires, ça a plus de poids? Ca dépend peut être de ce qu’on a fait?

Et si on a été jusqu’à « vraiment » faire l’amour, ça y est, on a un certain droit par rapport à cette relation?

J’avoue que cette réflexion m’avait beaucoup marquée. J’ai connu des relations où ça a été jusqu’à des baisers, d’autres des préliminaires, et d’autres encore où c’était « tout ». Ce n’est pas forcément celles où j’ai été le plus loin qui m’ont fait le plus mal. Parce que certains hommes comptaient plus que d’autres pour moi.

Maintenant, je reconnais une chose. J’ai bien peur d’être le genre de fille qui s’attache quand elle passe par la case physique avec un gars. Déjà parce que j’ai besoin de le connaître un minimum avant. Ensuite parce que je suis incapable de scinder mon coeur de mon corps. Il y a bien eu de rares fois où ça  été le cas….Mais dans la plupart des cas, par après je me transformais en une pauvre Pénélope qui attend à côté de son téléphone.

J’ai essayé de me changer sur ce plan là. Puis je me suis rendue compte que ça ne servait à rien, sur un sujet aussi intime, c’est comme ça que je suis. Je continuerai donc de dire que oui, je suis sortie avec quelqu’un dès qu’il y a un début de geste intime. Je continuerai aussi de dire que je peux aimer parfois des gens que je n’ai jamais touché, même si je sais que ce n’est pas aussi fort que si j’avais une relation avec lui. Et il y aura d’autres hommes pour qui ce ne sera pas le cas.

Je refuserai toujours de rentrer dans le moule du monde actuel, qui met tellement à l’avant les sex friends et les aventures d’une nuit. Juste parce que je n’y trouve pas mon compte.

Je suis sentimentale. Et je le vis bien.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

24 réflexions au sujet de « Ne pas devenir comme les autres »

  1. Ton article me renvoie à une de mes histoires passées. Une histoire « platonique » et pourtant j’ai énormément souffert lorsque j’ai compris que l’un de nous deux (moi en l’occurrence) était plus amoureux que l’autre. Et je l’ai vécu comme une véritable rupture. Je ne dois pas rentrer non plus dans le « moule » du monde actuel et j’espère arriver à le vivre aussi bien que toi ! 🙂

  2. Quelque soit ce que tu fais avec un homme, ce qui est douloureux c’est quand il y a des sentiments. Tu as le droit d’être attachée à quelqu’un avec qui tu n’as eu qu’un bisou, et d’en souffrir si ça s’arrête là. Laisse parler ces filles, le principal c’est que tu vives comme tu l’entends

  3. Selon moi, les relations les plus longues ne sont pas forcément les plus fortes, je te comprend tout à fait et surtout ne change pas ! j’ai déjà souffert dans le passé comme toi et je sais que cela veut juste dire que j’ai un coeur, même si parfois il a été malmené. Les sentiments peuvent être présents avant toute relation (d’ou certaines relations platoniques mais très fortes)! je ne sais pas si je suis claire mais tout ce que je veux te dire c’est que je te comprend et surtout ne change pas. Les amis de toutes façons, ça se doit de respecter tes choix et d’être là pour toi quand tu en as besoin, pas pour te faire un interrogatoire ;o)
    Bon courage !
    PS: c’est la première fois que je passe par ici, j’aime beaucoup ton blog ❤

  4. Je suis très touchée par cet article. Je suis une fille qui arrive à scinder son corps de son esprit comme tu dis. Et mes copines sont étonnées de cette « facilité » d’offrir mon corps (Cela ne veut pas dire que j’ai une liste longue comme un générique de film non plus, hein! 🙂 ). Pourtant je suis aussi une sentimentale. Souvent, il est bien plus facile d’ouvrir ses draps que son cœur. C’est une force pour pouvoir le faire! C’est une force de laisser parler ses sentiments. Et tant que tu es en accord avec toi même, aucune raison de changer! J’aime beaucoup l’ambiance que tu a créé ici. Je reviendrais régulièrement!

  5. J’adore cet article et je me reconnais vraiment dedans. Chaque histoire est différente et il n’y a pas de règles écrites qui diraient à partir de quelle étape, on a le droit de souffrir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s