Love, etc...

L’amour n’est pas une compétition

competition

En tout cas, ça ne devrait pas l’être. Ni la vie en général d’ailleurs.

Ca fait un petit moment que je n’ai pas vu une bonne amie à moi. On repousse nos sorties, à cause du temps, des finances,…et dernièrement j’ai du reporter à cause d’un imprévu. J’ai été étonnée de sentir que ça me soulageait de ne pas la voir. Quelle amie suis-je donc pour penser ça?

C’est vrai, pour le moment j’ai moins le coeur à la voir. C’est une fille qui va principalement parler de ce qui ne va pas, quand moi je fais l’inverse. Elle va rencontrer quelqu’un? paf! au bout de 5 minutes, ils sont déjà en train de discuter de la crise, du boulot qu’on ne trouve pas, des mecs qui sont tous quand même des c***, de ses parents qui font chier…pourtant à première vue, rien d’étonnant, c’est quelque chose qu’on fait tou(te)s. Sauf que c’est sa seule optique de sujet. Ce qui va mal.

Mais voilà, ça fait quelques fois où je ressens des petites « piques » qu’elle me lance, je ne pense pas qu’elle le fasse exprès. D’abord, elle a beaucoup de mérite d’avoir réussi ses études, surtout qu’elle les a repris une fois dans la vie active. Ce n’est pas comme moi n’est-ce-pas, qui ai eu mes parents pour payer derrière…A la limite, j’avoue ça ne m’a même pas gênée, si elle veut la première place à ce niveau, je la lui donne…Je sais ce que j’ai vécu pour en arriver là. Mais ça ne regarde que moi.

Non, c’est quand on a parlé des relations sentimentales que j’ai senti que je me mettais sur la défensive…C’est vrai, je suis une spécialiste du « je me lance! ha ben non, je me suis plantée ». Pourtant même si beaucoup de mes relations ont foiré dernièrement, j’en ai regretté peu. J’ai tenté, ça n’a pas marché, j’ai appris quelque chose. Mais je me rends compte que de son côté, c’est le néant absolu. Depuis bien plus longtemps que moi.

Et lorsque je lui ai parlé de ma dernière histoire en date, j’ai été assez mal à l’aise. Qu’elle emploie le « nous » comme si nos vies étaient pareilles, qu’elle me lâche « enfin, c’est pas possible, c’est forcément notre faute! ». Faute de quoi? je fais des rencontres, ça marche, ça marche pas, tant pis. Je voyage, je sors, je lis, je souris, bref, je vis! Mais ce n’est pas la première fois que je l’entend se réjouir quand l’histoire d’une autre se termine…

Pourquoi faudrait-il pour être heureux, l’être plus que la personne à côté?

Comment parler à quelqu’un des doutes d’une histoire, quand on sait que sa vision, au fond d’elle, va être « ha ben elle est comme moi, pas prête à s’en sortir »?

Pourtant, pour moi, arriver à rencontrer quelqu’un et avoir une relation stable n’est pas lié à une place. Ce n’est pas parce que ça m’arrive avant ou après telle personne que je vais mieux le vivre, ou moins bien.

Mon bonheur est personnel, et je ne pense pas qu’on gagne quoi que ce soit à être sûr d’être devant les autres…
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

24 réflexions au sujet de « L’amour n’est pas une compétition »

  1. Mais il est plus qu’excellent cet article c’est ça tu as tout a fait raison ! On vit notre vie sans se préoccuper si ça plaira a machin ou bidule car on les embistrouille ! On vit pour nous par pour les autres et j’avais lu un truc sur le fait que parler du malheur des autres rassure certaines personnes car elles se disent qu’elles ne sont pas toutes seule dans la galère mais de la à s’en réjouir c’est abusé et méchant !

  2. très juste, ton article… malheureusement, il y a des gens qui se sentent en compétition sur tous les sujets et qui cherchent et apprécient de se croire au-dessus…

  3. Oh mon dieu ce n’est pas possible, on a la meme amie. Moi aussi je la vois de moins en moins et je sui contente. D’ailleurs amie est de plus en plus un mot qui ne convient pas avec elle

  4. Je trouve ça triste de devoir voir que les autres vont moins bien que nous pour se sentir bien. Quand on est ami on se réjouit du bonheur de l’autre, ça me parait une évidence. Et y’a pas de course, chacun sa vie!

  5. J’abonde ma belle !
    Il faut savoir tirer une leçon de chaque relation (si seulement je pouvais tirer des leçons plus souvent !) mais ne jamais comparer. Ca n’apporte rien de bon sauf peut être de se faire encore un peu plus mal

  6. Cet article aurait même pu s’appeler « le bonheur n’est pas une compétition » ! Je suis d’accord avec mes consœurs, ci-dessus : Cette amitié-là est toxique, tu fais bien de t’écouter. C’est triste de ne pas pouvoir se réjouir pour les autres (surtout pour ses amis) !

  7. Bel article et belle philosophie : je pense comme toi, il faut tenter l’expérience lorsqu’on en a envie. Quelle qu’en soit l’issue, à partir du moment où l’on a écouté ses envies et que l’on est resté fidèle à ce qu’on est et à ce qu’on veut, on ne peut qu’en tirer du bon.
    Bises

  8. Je suis tout à fait d’accord avec ton point de vue. Dans un autre domaine, j’ai expérimenté le même souci avec une collègue que j’apprécie, à la base. Elle a une fille de quasiment le même âge que mon gnome; quand on en parle, ça se finit toujours par une compétition entre nos gamins. « Ton ket a fait 3 pas? La mienne marche déjà depuis x. Ton ket ne va pas encore à l’école? La mienne y va depuis 2 mois et elle adore ça. » et ainsi de suite…
    Résultat: ces discussions m’ennuient tellement, je ne veux pas à tout prix prouver que mon gnome est mieux que sa fille… que j’évite de me retrouver seule avec ma collègue et/ou de parler plus longtemps que « salut ça va? oui? allez bonne journée ».
    Au final, je t’avoue que ça m’attriste, mais je ne veux pas entrer dans ce jeu de surenchère…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s