In My Mind

J’ai peur de la vie

peurdelavie

Cette vie dont, plus j’avance, moins je comprends le sens, si bien sûr il y en a seulement un à comprendre…

Cette vie qui offre des possibilités d’avenir à certains qui ne le méritent pas (même si je ne suis sans doute pas la mieux placée pour le déterminer il est vrai), et qui les reprend à d’autres qui le mériteraient 100 fois, 1000 fois plus…

Cette vie qui a l’air de te narguer de son « jamais deux sans trois », que ce soient les bonnes ou mauvaises nouvelles…

Cette vie qui te fait espérer en t’offrant ce dont tu as le plus rêvé et qui doucement détruit ce que tu voyais petit bout par petit bout…

Cette vie qui ne peut donner un bonheur sans le laisser tel quel, sans en reprendre un bout, sans le modifier d’une telle façon que tu ne sais plus si c’est vraiment le même…

Cette vie qui a l’air d’être une perpétuelle vague : haut, bas, haut, bas, haut, bas… T’as pas le mal de mer au moins? si? ah tant pis…

De cet adage qui te dit qu’il faut faire confiance et essayer pour voir, et la vivre cette vie…même si elle ne va pas avoir autant d’égards vis-à-vis de toi…

Sans savoir si elle va décider, un jour, de tout te reprendre d’un coup, ou juste une partie, juste une  infime qui même si elle n’est qu’un grain de poussière va te faire atrocement mal. Sans se justifier pour autant. Hé! c’est la vie, c’est comme ça…

La vie qui te fait rencontrer des gens qui sont tout feu tout flamme, t’inondent de messages, de déclarations, de visites, jusqu’à ce que tu ouvres ton coeur bien grand, jusqu’au point de non retour…qui est suivi bien sûr par un « doucement, ne me mets pas trop la pression… »

Bien sûr.

Doucement mais aime moi le plus possible, donne moi un maximum, sans m’en demander trop…

La vie qui te met sur une route sans aucunes indications. Tu ne sais pas s’il y a des pièges, des mines, s’il y aura des morts, si c’est le bon chemin…En fait c’est plus drôle que ça…elle t’a mis les panneaux au départ et les a retirés, débrouille toi bien!!

Je ne sais absolument pas si j’ai la force nécessaire et la confiance d’aller jusqu’au bout de la route que j’emprunte actuellement.

J’ai peur de la vie.

Je ne lui fais pas confiance, à elle.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

10 réflexions au sujet de « J’ai peur de la vie »

  1. Difficile de faire confiance… en la vie,en les autres… De plus quand cette confiance est trahie, quand les déceptions sont légion, on n’y croit plus, c’est sûr… mais malgré tout, on avance, petit à petit… et il le faut d’ailleurs ! Suivre sa route, pleine d’embûches, même si les signaux ont disparu… donner une chance aux rêves, à tout prix !

  2. Magnifique…. J’te fais des bisous, et si tu ne lui fais pas confiance à elle, fais toi confiance à toi 🙂 c’est tout ce qu’il reste 🙂

  3. Ouaip mais cette vie et les expériences qu’elle nous impose nous façonne et notre historique va souvent nous aider à prendre la bonne direction en l’absence d’indications. Elle nous démontre même qu’il est parfois préférable d’adopter des comportements contraire à nos valeurs pour se préserver. Personnellement, j’évolue dans un giratoire pour le moment et j’en ai la nausée à force de tourner en rond. Néanmoins, que les empêcheur(se)s de tourner en rond se tiennent à distance respectable, c’est mieux pour tout le monde.

  4. Très bel article je comprends exactement ce que tu ressens … On a la sensation de sauter sans parachute lorsque l’on « vit ». Courage ma belle !

  5. Je me retrouve dans ton article, j’ai « peur de la vie » aussi, de son sens, on est là on vit, mais quel est le sens de tout ça au fond, comment savoir si on est sur le bon chemin, si on a raison de faire tout ça, comment savoir où on va… Tellement compliqué et subtil comme question…

  6. *Haussement d’épaules gentil* La notion de « justice » est une notion humaine, n’oublies jamais ça.
    La vie, en elle-même, est d’une cruauté sans aucune limite, et ne se résume qu’à une chose:
    tuer, ou bien survivre encore quelques instants de plus.
    La mort est au bout de la route de toutes façons, et personne ne s’est jamais sorti(e) vivant(e) de la vie. 😉
    L’on peut avoir des amis sur le chemin, mais même en cas de « partenariat », l’on se bat toujours seul(e), au final, quelque soit la façon dont on le place dans le grand ordre des choses, et une trahison apparente peut parfois cacher un réel intérêt pour autrui, sans qu’il soit contraignant, même si formel.
    Ces portes enfoncées, il n’y a qu’une seule personne que tu dois épater sur terre: celle que tu croises tous les matins devant la glace: cela peut sembler cynique, mais c’est tout le contraire; si jamais tu montres des faiblesses, tu seras traité(e) comme ayant des faiblesses, et si tu renvoies de la force, tu renverras de la force. 😉
    Une image reste une image, rien de plus, rien de moins, même auprès de personnes qui te connaissent, pourtant, mieux qu’une immense majorité. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s