In My Mind

Récit d’un weekend ubuesque

ubuesque

Vendredi soir j’attrape le train sans problème malgré les retards et annulations du matin sur la ligne. J’arrive comme une fleur jusqu’à mon hostel, en me disant que quand même je deviens peut être un petit peu âgée maintenant pour y séjourner…Avant de m’endormir, je passe sur FB liker tout et n’importe quoi, y compris certains statuts d’un type dont je n’ai plus de nouvelles.

Samedi matin, je me lève et je vois qu’il m’a envoyé un « je passe en coup de vent pour te faire coucou ». Heu? quoi? c’est tout? comme ça? je me dis finalement que ce n’est peut être pas un connard mais un con tout court. Et je laisse tomber. Je me mets en route pour la station de métro – fermée, comme les deux suivantes. Je marche tellement qu’à midi je dois acheter une paire de baskets en urgences vu les douleurs aux pieds, pour sauver mon weekend. Je commence des achats, mange des scones chez Camellias avec un thé tellement bon que quelques heures plus tard je reviens en acheter un sachet. A ce moment là je croise une blogueuse que j’adore, que je reconnais, mais que je n’ose pas aborder. Que le monde est petit.. Je vais jusque Trafalgar Square profiter de la vue, et entendre un chanteur local massacrer « Karma Police », il chante tellement faux que je finis par en rire. Je m’arrête chez Waterstones et discute avec une amie…qui m’apprend qu’elle est en couple. Un an de célibat depuis sa séparation seulement. J’ai beau faire comme si de rien n’était, en revenant vers mon hostel j’ai des pointes d’angoisse dans la poitrine. Je vais manger dans un restaurant indien, où rentre quand je sors…le gars qui était assis à côté de moi dans le train la veille. Le monde est petit acte 2.

En me levant dimanche, il pleut des cordes. Vraiment. Beaucoup. Je me mets en route mais abdique au bout de 10 minutes et prend le bus pour la première fois à Londres. Je déjeune, puis passe faire un tour du côté de Spitafields market où je me trouve un superbe manteau très très cher. Tant pis. Je finis de nouveau par prendre un thé avec des  scones dans un bel endroit – j’ai l’impression d’avoir passé le weekend à manger! En attendant le train, je parle sur messenger avec une amie, qui veut me donner le numéro du gars qui pour moi, m’ignore. Je me débarrasse du problème en lui disant qu’elle n’a qu’à lui dire, quand elle le verra, qu’il me l’envoie…je sais très bien que ça n’arrivera jamais, je finis par rigoler toute seule et ça fait du bien. Dans le train, une gamine est assise à côté de moi. A l’arrêt, c’est un super beau mec qui prend sa place. Tellement mignon qu’abasourdie par la situation, je finis par avoir un fou rire incontrôlable. On discutera la fin du trajet, il est sympa en plus. Mais non il ne me demandera pas mon numéro hélas. Changement de train, en plein désarroi pour le retour, le contrôleur ne me fera pas payer le billet.

Finalement, malgré les petits tracas, j’ai l’impression d’avoir passé un excellent week-end!
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réflexions au sujet de « Récit d’un weekend ubuesque »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s