Lecture

Chroniques de mon Crematorium

chroniquesdemoncrematorium

 

Quoi de plus glauque au premier abord qu’un livre qui traite du travail qui est réalisé dans un crématorium? Et pourtant c’est un point de vue intéressant que nous livre ici l’auteur. Au travers du pourquoi elle s’est dirigée vers ce domaine de travail assez déstabilisant, elle nous livre une vision juste de ce que nous sommes, de ce qui arrive dans la vie, et de ce qui est au fond bien naturel. Mourir.

Je ne dis pas que pour certains, le livre ne réactive pas des inquiétudes par rapport à la mort. Et en même temps, il rappelle que depuis la nuit des temps, dans beaucoup de civilisations, célébrer le départ des disparus est un rituel important. Qui parfois dans nos contrées devient un business, comme partout. Pourtant, de clins d’oeil humoristiques en histoires touchantes, Caitlin Doughty nous décrit un tableau de ce qu’elle voit qui nous fait voir cela d’une autre façon.

En général, les gens se décarcassent sacrément pour repousser la mort dans les marges. Caitlin Doughty, elle, fraîchement diplômée d’histoire médiévale, se fait embaucher dans une petite entreprise de pompes funèbres. Comment va-t-elle se dépatouiller avec ses premiers cadavres ? Fermer des yeux dont les paupières ne cessent de se rouvrir, clore des bouches béantes, retirer un pacemaker, mettre des bas à un mort gonflé comme un bonhomme Michelin ou enfiler un string à grand-mère car tel est le souhait de la famille ? Comment enfin sortir les cendres du crématorium sans que ses noodles en prennent un coup et le soir même séduire un mec alors qu’elle sent le roussi ? Caitlin Doughty explore sa vocation de croquemort avec un humour noir réjouissant.
Le récit est fascinant. Qu’on ne s’y trompe pas pourtant, l’objectif – atteint – de cette jeune femme engagée est de nous réapprendre à accueillir nos morts, de façon plus humaine, sans peur, et nous aider ainsi à accepter l’inacceptable. Caitlin Doughty vit à San Francisco. Entrepreneur en pompes funèbres, elle défend des pratiques funéraires plus humaines, notamment avec sa série culte sur Youtube Ask a Mortician et le collectif The Order of the Good Death.

Vous pouvez trouver le livre ici

Bonne lecture!
Rendez-vous sur Hellocoton !

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Chroniques de mon Crematorium »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s