In My Mind

Récit d’un road trip

 

Une fille en solo, deux pays à découvrir, des amis sur le chemin…Voilà le meilleur résumé de ce que j’ai vécu. Mais au fond de moi ce qui se passait était plus proche d’une tornade que d’un océan de calme…

Premier pays, première ville…J’ai de la chance pour débuter, je suis en fait accueillie par une amie pour quelques petits jours. Seul soucis : lorsque je suis partie, au niveau de mon couple, nous en étions à « tu dois réfléchir à ce que tu veux et savoir si c’est vraiment avec moi que tu veux être » (c’est bien sûr moi qui lui dit ça).

Heureusement donc, que je n’ai pas commencé directement seule. Les premiers jours sont ponctués par une découverte autant visuelle que gustative (qui a dit « gourmande »?), et de nombreuses discussions avec mon amie. Par rapport à des tas de choses dont lui. Il y aura toujours une constante quand je vais expliquer mon histoire aux gens, de l’avis unanime, on me conseille de m’en aller. Et le plus vite possible.

Pour en revenir à lui, on s’est donc quittés avec une idée de réfléxion de son côté, mais je vais recevoir des messages. Comme si de rien n’était. Ce qui va avoir un effet pire que mieux. Et lorsque je me retrouve seule dans cette ville, quatre jours après être arrivée, la première nuit, je vais faire une très grosse crise d’angoisse. Heureusement j’ai appris à gérer ça avec le temps, mais ça plombe un voyage! Je termine la première partie du voyage angoissée, mais je suis sauvée, voilà un changement qui arrive. Un bus, et me voilà dans une autre ville! 
Dans cette ville, on ne parle plus français mais anglais. J’atteris à un hostel merveilleux et très bien équipé. Pourtant la première nuit je pleure de nouveau. Je ne suis pas bien avec mon histoire. J’ai l’impression d’être avec quelqu’un qui nie le mal-être qu’il y a, ce qui ne fait qu’accentuer le mien. Je n’ai plus envie de la continuer dans les mêmes conditions qu’actuellement. Heureusement, le lendemain je retrouve un ami rencontré il y a quelques mois dans ce même pays. On va avoir une discussion avec un éclairage on ne peut plus pertinent. Il a mis le doigt là où ça fait mal. Avec raison. Je commence à réaliser où je vais avec « lui », mais…je commence à me sentir mieux. Dans ma tête du moins. Car le lendemain je vais me retrouver à faire un léger malaise arrivée à un centre commercial. Première fois que je me rends compte à quel point je peux être imprudente. Et en même temps…encore et toujours, je sais me gérer, le petit malaise passe vite et je rentre me reposer. Pas le temps de cogiter. Un nouveau bus, un nouveau pays, une nouvelle ville…la grosse pomme ça vous donne un indice? (au passage, je ferai un récit de voyage classique plus tard).

Arrivée là, c’est à ce moment que je commence à me retrouver. Je suis fière d’oser aller là seule, de découvrir tout ça par moi-même. Je commence à prendre conscience que jusque là, je n’ai pas ressenti le poids d’un jugement alors que je voyage seule. Oubliée cette pression que je sens parfois, ce côté sur lequel parfois les gens aiment te renvoyer « et tu voyages seule…c’est triste ». Oublié tout ça. Je ne m’ennuie pas à un seul moment, j’en prends plein les yeux, plein les papilles, et surtout…je commence à me retrouver petit à petit. Des habitudes oubliées. 

C’est pourquoi quand je reprends un bus pour revenir de là où je viens, je suis un poil différente. Plus sûre de moi, de ce que je veux. J’ai revu certaines personnes que j’avais rencontrées il y a quelques mois également et quelque chose a changé : je ne suis plus dans une idée de leur plaire à tout prix pour me faire accepter, je ne suis plus attachée à ce qu’ils pensent de moi. Je suis moi. Et si ça ne leur plaît pas et que ça les éloigne de moi…oh bien tant pis. Je me sens très légère. Je mets les pieds dans le plat avec « lui » de la même façon. J’ai la réponse à toutes mes questions finalement.

Alors à ceux qui se poseraient, ou me poseraient la question…Quand on part seule comme ça, non ce n’est pas évident. J’ai pris des notes tout le long de mon voyage. Relire mon évolution est assez surprenant. Je notais aussi toutes les bonnes idées que je croisais (les recettes, les lectures, etc…). Certains soirs je me prenais ma solitude comme une claque. Mais dans l’ensemble, elle m’a surtout aidé à me retrouver, alors que je m’étais perdue au détour de chemins tortueux. 

Je vous conseille de tester ça au moins une fois dans votre vie. Les hostels aident à ne pas se sentir trop seul le soir. Et sincèrement…si au final on se retrouve, ou mieux encore on se découvre au détour de chemin, n’est ce pas cela le plus merveilleux?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

6 réflexions au sujet de « Récit d’un road trip »

  1. Et bien moi aussi je suis fière de toi. Tu es une femme vraiment très forte, je n’aurais pu le faire… Et contente que ce voyage t’aie apporté tant de bonnes choses ❤❤

  2. « Oubliée ce côté sur lequel parfois les gens aiment te renvoyer « et tu voyages seule…c’est triste ». » Je valide tellement cette phrase… J’étais partie un long week end seule qqs jours à Barcelone quand j’étais encore avec mon ex, et quand je lui ai raconté ce que j’ai fait, il m’a regardé d’un air désolé et triste pour moi, parce que tu vois j’étais seule alors ma pauvre, c’est tellement triste tout ça… Oui non pas vraiment –« 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s