In My Mind

Une petite phrase aux grands dégâts

petitephrase

« On aurait du rester amis ».

Cette phrase, je m’en souviens comme si c’était hier. Quand j’ai annoncé à mon ex-compagnon qu’on arrêtait là, je suis restée logée chez lui le temps de me retrouver un appartement. Je me sentais coupable, autant de la rupture que de devoir rester là, alors je comblais comme je pouvais. On était allé dîner au resto, j’invitais bien sûr, et il a dit ça au moment de l’apéro.

J’ai acquiescé à l’époque. Oui c’est vrai, vu le résultat…

Sauf que depuis, non je ne suis plus d’accord. Cette petite phrase a bousillé ma vision des relations hommes-femmes, et même sept ans plus tard, elle me pourrit encore la vie…

Pourquoi est-ce qu’il a dit ça? c’est simple, physiquement entre nous ça n’a jamais été topissime. On a eu une très belle période sur ce plan là, mais comme on ne savait pas communiquer, quand la routine s’est installée, c’est là que se sont ressentis les dégâts les plus importants si l’on peut dire.

En me disant cette petite phrase, il me faisait comprendre que nos sept années de couple, les bons comme les mauvais moments, les sentiments, les espoirs, les défaites, rien n’avait vraiment compté. Sur le plan physique ça n’allait pas, on n’aurait jamais rien du tenter.

A partir de là, on peut se demander c’est quoi l’amour… Ce que l’on ressent, le sexe, uniquement l’un, uniquement l’autre, les deux absolument?

Sauf que grâce à lui, pendant longtemps, j’en ai fait un complexe. On pourrait noter cependant que même si ça n’allait plus entre nous, lui voulait qu’on déménage ailleurs ensemble, et c’est moi qui ai arrêté notre histoire.

Depuis lui, le premier truc qui devait coller avec un mec, c’était le physique. Le reste passait après, que j’ai besoin de temps ou pas, je m’en fichais, j’avais besoin de sentir que ça « collait ».

Depuis, je peux le dire, c’est vraiment pas un soucis. Clairement pas. Sauf que si tu penses sexe, tu attires ça aussi. Le nombre de mecs que j’ai rencontré qui ne voulait rien d’autre, hasard vraiment? Et quand je tombe sur quelqu’un, plus que « quel genre de couple on pourrait être? », je pense surtout « est ce que ça va coller? ».

Depuis lui, j’ai développé des super barrières. L’image qu’il me reste de notre vie de couple, c’est un souvenir de tensions, de difficultés, et pour couronner le tout, de culpabilité. Parce que, bien sûr, ce problème là, c’était uniquement de ma faute. Pas de la sienne.

Il n’y a pas très longtemps, j’y ai repensé. Et moi qui n’avait jamais eu de rancoeur pour cet ex, je me suis mis à détester son souvenir. Le haïr. Pour tout ce poids qu’il m’a laissé. Et dont j’ai tellement de mal à me débarrasser, même à l’heure actuelle.

J’espère vraiment qu’un jour je n’y penserai plus.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

4 réflexions au sujet de « Une petite phrase aux grands dégâts »

  1. Moi je dis qu’il ne faut pas que tu culpabilise. C’est comme ça. On est faite pour coller avec des personnes et pas avec d’autres. Il manque parfois pas grand chose mais ce pas grand chose fait beaucoup. Si on devait tout prendre en compte on n’avancerait plus 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s