In My Mind

Un doux songe

un-doux-songe

On sort en même temps, et on marche ensemble jusqu’à nos voitures. C’est devenu une habitude, ces quelques petites phrases échangées avant que chacun ne retourne vers sa vie. On ne se regarde même pas, nos pas crissent sous la fine pellicule de neige qui commence à tomber.

Je relève le col de mon manteau, je ressens le froid même s’il n’est pas encore trop mordant. Pour un début décembre, avoir de la neige c’est plutôt pas mal. J’adore la neige. J’aime voir les flocons tourbillonner légèrement. J’aime tellement ça que je n’écoute pas vraiment ce que tu dis.

Parce qu’on n’a pas besoin de se le dire. On le sait hein?

On le sait qu’on se plaît, on le sait rien qu’à voir les petits pas que l’on fait ensemble à la fin, chaque semaine. On le sait aussi, que ce n’est pas possible. Alors on profite de ces deux trois mots échangés, comme un fil invisible qui nous lie quelques minutes comme ça, avant de se détacher doucement.

Pourtant cette fois il y a quelque chose de différent. C’est peut être les verres de vin qui nous ont apportés un peu de chaleur, qui nous enveloppe comme un bulle. C’est peut être parce qu’on sait qu’on ne va plus se revoir. On ne sait pas comment se quitter. On a des regrets de laisser ça comme ça, et en même temps il n’y a rien. Rien si ce n’est des sourires, quelques pas.

Peut être que j’imagine en fait.

Peut être que tu es juste poli et que tu m’apprécies.

Peut être que le vin me fait voir quelque chose qui n’existe que dans ma tête.

Peut être que j’aimerais rester encore dans cette bulle.

On est arrivés.

« Bon…que tout aille bien? »

C’est drôle cette façon de me sourire en disant ça. Le vin, sûrement le vin.

« Merci…toi aussi… Et qui sait, à un de ces jours? »

Tu t’éloignes vers ta voiture. J’ai à peine le temps d’ouvrir ma portière que tu es déjà là. Tu me demandes avec un sourire timide, en bafouillant comme un gosse « dis, je sais que ce n’est pas une bonne idée, mais… »

Et tu te penches pour m’embrasser. Un doux baiser. Une fraction de seconde, un baiser volé. Quelques secondes qui durent une éternité, le temps qui s’arrête.

Et qui redémarre. L’instant magique est fini.

Je te souris, je ne dis rien, je hausse les épaules, je sais : ce n’est pas possible.

Juste une trêve.

Juste deux vies qui se croisent.

Juste deux vies qui reprennent leur cours, chacune de leur côté, tandis que tu t’éloignes à nouveau.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

5 réflexions au sujet de « Un doux songe »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s