In My Mind

Ma meilleure ennemie

pirennemie

Celle qui ne m’a jamais tendu la main pour m’aider à marcher, mais qui était là constamment pour me voir trébucher en souriant;

Celle qui m’a murmuré « es-tu vraiment étonnée » avec un sourire en coin, quand j’ai compris que le dernier gars en date n’était pas tombé amoureux de moi en réalité;

Celle qui m’a rappelé avec un petit ton supérieur que c’était très souvent le cas d’ailleurs;

Celle qui a ajouté « en même temps, avec un caractère pareil, qui arriverait à te supporter? »

Celle qui note jour après jour que je vieillis, que mon visage change, que des petites rides apparaissent;

Celle qui me fait une remarque piquante dès que j’ai l’impression de prendre deux kilos;

Celle qui juge ma vie en me disant que je n’ai pas réussi grand chose de bien au niveau relationnel jusque maintenant;

Celle qui surenchérit avec un « je ne suis pas sûre que tu iras loin comme ça »;

Celle qui souffle « arrête de pleurnicher » quand je ne vais pas bien;

Celle qui critique toujours les gars que je rencontre, jamais assez bien;

Celle qui m’insuffle mille et une idées anxiogènes, toutes peu réalistes;

Celle qui me fait remarquer à quel point la mort et la maladie m’entourent, en ajoutant un « il ne fait pas bon d’être dans tes parages »;

Celle qui rigole de mes échecs « bien mérités »;

Celle qui adore dire « t’es vraiment une pauvre fille en fait »;

Je ne sais pas quand je l’ai rencontrée. Plus jeune sans doute. Celle dont je craignais le regard. Celle pour qui j’ai tourné le dos à certains gars, plus jeune, car ils étaient sincères vis-à-vis de moi mais pas assez « bien ». Trop gros, trop moches.

Elle était là quand je délirais avec ma BFF ado, à rire de ses critiques en me disant au fond de moi que je devais y passer quand je n’étais pas là;

Elle était là quand on ne me faisait jamais remarquer que ce que je faisais était bien, vu que c’était « normal »;

Elle était là quand on me faisait remarquer que j’étais égoïste, c’est à dire occupée à tout faire pour réussir mes études;

Elle est toujours là. Tu es toujours là. Au fond des yeux du reflet dans mon miroir. Tous les matins.

Tu es là pour me faire douter tous les jours de ma valeur;

Tu es là pour mettre en avant tous mes défauts;

Tu es là pour pointer du doigts mes échecs;

Mais tu n’es jamais là quand j’ai besoin d’un regard bienveillant.

Toi. Moi. Ma meilleure ennemie.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

6 réflexions au sujet de « Ma meilleure ennemie »

  1. Ah ! Surtout ne l’écoute jamais.

    Cette une ennemie rusée et sournoise que tu as surement rencontré un jour au détour de quelques mauvais mots. Elle se tapie et se nourrie des échecs alors que les échecs ne sont que des leçons à apprendre. Ignore-là pour toujours.

    Elle se trompe sur un point essentiel : tu auras ce que tu souhaiteras, simplement parce que c’est ton droit, comme à chacun. Et c’est en ça qu’elle te jalouse.

    Et je peux te garantir de façon personnelle que tout ce qu’elle te renvoi comme messages sur ce que tu es, ce que tu vis, ce que tu ressens, ce as quoi tu ressembles est faux, jusqu’au dernier degrés.

      1. Je ne les vois plus non plus lol
        On est toujours notre pire ennemie mais tu peux être plus forte que cette partie de toi; -)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s