In My Mind

Une femme sans enfant

childfree-ne-pas-vouloir-enfant

J’ai appris à courber le dos. J’ai appris à rentrer légèrement les épaules quand LA fameuse remarque arrive. J’ai appris à sourire et faire comme si c’était naturel, alors que je venais d’être blessée au plus profond de mon être. J’ai cessé d’essayer de me faire comprendre depuis longtemps.

On a droit à un peu de tout quand on dit aux gens qu’on ne veut pas d’enfant. Et on a droit à pire quand on est une femme.

Les premiers temps, on supporte les « tu verras plus tard », « tu dis ça maintenant ». Puis plus tard c’est maintenant, alors les gens arrêtent d’espérer que tu vas rentrer dans le moule. Non, ils t’excluent de leur monde.

Je me souviens de ces deux collègues hilares car je leur dit que j’ai du tenir un bébé dans mes bras pendant que…pendant que quoi, elles ne sauront jamais la fin de l’histoire que je voulais leur raconter, elles se sont arrêtées à « ah oui, fallait que ça t’arrive à toi en plus! ».

Je me souviens du jour où je propose à ma cousine de tenir son bébé pendant qu’elle est occupée, elle lance haut et fort « ça ne te dérange pas?? », puis, comme il se met à pleurer, déclare « ben oui il sent que tu n’aimes pas ».

Je me souviens de cette femme en train de m’expliquer le plus logiquement du monde qu’elle a envoyé son mec consulter un psy car il ne veut pas d’enfant, qu’il est « immature ». Sous entendu c’est pour ça. Bien sûr je ne suis pas visée, même si elle sait que je n’en veut pas non plus.

Je me souviens de ces collègues qui veulent m’apprendre mon travail. Car oui, quand on travaille avec des enfants mais qu’on n’en veut pas, on le fait moins bien qu’elles qui sont maman. Peu importe que ton travail n’ait rien à voir avec le rôle de mère. Peu importe ma formation de quelques années, peu importe mon expérience plus grande en terme d’années, peu importe que je travaille bien. Je travaille forcément moins bien.

Je pourrais vous dire tous les sous-entendus auxquels j’ai droit tous les jours. Que je suis égoïste, radine, que c’est bizarre, que j’ai l’air douce pourtant, ça m’irait bien. Ou au contraire quand on veut me blesser, heureusement que je n’en ai pas.

Je pourrais vous dire tout ça.

Je préfère vous raconter autre chose. Que je n’ai jamais eu cette envie d’être mère. Que ça ne m’a pas empêché de m’occuper d’un petit frère né alors que j’étais majeure. Je pourrais vous parler de tous les bains que je lui ai donné, de toutes les fois où je l’ai bercé, des nuits où j’allais vérifier sa respiration… Je préfère vous raconter tout le plaisir que j’ai dans mon travail à côtoyer des enfants tous les jours. De voir leurs sourires.

Ne pas vouloir d’enfants ne signifie pas les détester. Ni être centrée uniquement sur soi.

Mais non, le plus dur, c’est les autres femmes qui se placent en supérieur de toi. Elles, elles sont accomplies. Toi, non.

Je préfère vous expliquer la difficulté de rencontrer quelqu’un à 34 ans en lui tenant ce discours là. Soit ça bloque, car le gars en veut, et souvent vite. Soit le gars est intéressé par toi car il en a, il n’en veut plus, et tu as un salaire pour toi seule (véridique). Soit il te juge. Tu as l’air douce pourtant, ha tu n’aimes pas (= quel monstre), j’en passe et des meilleures.

A l’heure actuelle, rencontrer quelqu’un peut parfois devenir un parcours du combattant. Je me suis rajoutée une embûche en plus. Et surtout, je ne sais pas ce que je ferais si je rencontrais quelqu’un qui a des enfants. J’ai failli une fois prendre le rôle de belle-mère, mais au final la relation s’est arrêtée avant. Et comme je ne sais pas, je me dit que je verrai bien.

En attendant, un peu tous les jours, je courbe le dos.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

19 réflexions au sujet de « Une femme sans enfant »

  1. C’est rageant !!! A l’heure d’aujourd’hui je ne sais pas si je veux un enfant ou pas (l’envie n’est pas spécialement là mais peut-être est ce car je suis seule ?!) mais lorsque l’on me pose la question (20 fois par semaine) je dis que oui oui bien sur pour ne pas devoir répondre aux critiques/jugement de ces femmes que tu as justement dû affronter (d’ailleurs j’en ai parlé sur mon Insta) … Pourquoi est ce t-il si grave de ne pas vouloir devenir maman ?! Cela ne veut pas forcément dire que nous ne les aimons pas ces ptits bouts.. Et je pense que même si cela peut être un frein pour rencontrer quelqu’un cela n’est impossible don bon… (et puis si cet homme a des enfants, peut-être qu’il ne les aura pas à temps plein et/ou qu’ils seront déjà assez grands pour se prendre en charge tout seul… ) alors tu verras en temps voulu.. l’essentiel c’est que tu trouve quelqu’un que tu aime vraiment et qui t’aime en retour, sans te juger… ce que les autres personnes devraient faire également 😉 😘

  2. Je compatis…
    J’ai 32 ans et ça fait 7 ans qu’on est en couple, 3 ans qu’on a des revenus stables.
    Qu’on n’en veut pas (ni l’un ni l’autre).
    Et même si on en voulait, avec nos travaux ce serait l’enfer organisationnel.
    Donc ni envie ni la disponibilité pour ça.
    Le pire c’est quand je dis que j’aimerais bien vivre une grossesse mais que je ne veux pas de gosse. Je rêverai d’être mère porteuse pour un couple qui en a VRAIMENT envie, qu’ils soient gay ou hétéro, je m’en fiche. Bref offrir à des personnes voulant être parent une chance de l’être. Ca je ne le dis qu’à des gens en qui j’ai confiance et que je sais non jugeant.
    Car je sais que je passerai pour déséquilibrée si les gens « ordinaires » le savaient.

    Quand on te demande pourquoi tu n’en veux pas, et eux ils se sont VRAIMENT demandé pourquoi ils en ont ? A part parce que « c’est l’ordre des choses » ?

    Courage !

  3. Je suis maman, mais je peux tout à fait comprendre les gens qui ne veulent pas d’enfant, chacun sa vie, personne ne peut juger celle des autres, mais malheureusement, la société nous impose une image et une fois qu’on sort du cadre, on est directement mis dans une case à part, c’est bien dommage… Courage, parce que je pense que ces remarques ne feront malheureusement que devenir de plus en plus courantes avec les années. Mais c’est courageux de ta part d’assumer ce choix ! Moi je pense que je leur répondrais que je verrai plus tard pour esquiver la conversation avec des gens fermés.

  4. Et moi, je trouve que tu ne devrais pas te courber le dos car c’est une décision qui ne regarde que toi. Je trouve cette décision courageuse car je connais des femmes qui ont eu des enfants contre leur gré et çà crée de la souffrance, pour les enfants, pour elle, pour les pères des enfants. Personnellement, je suis admirative devant quelqu’un comme toi, qui sait ce qu’elle veut et s’y tient envers et contre tout. Dis-toi que même si tu décides d’avoir des enfants, les gens arriveront à trouver d’autres sujets à te reprocher. C’est comme çà, la société n’arrête pas de juger et de se mêler de ce qui ne lui regarde pas. Moi, je dis bravo !

  5. On est en 2016, chaque femme est en droit de faire ce qu’elle veut! Je suis maman, j’ai des amies qui ne veulent pas d’enfants, je ne leur ai jamais demandé pourquoi, je m’en fout!

  6. ça fait du bien de lire ce genre d’article dans une blogosphère très maternelle.
    Je te rassure : tu n’es pas seule. j’ai le même genre de collègues. que toi et hélas contre l’étroitesse d’esprit et la bêtise, on ne peut pas grand chose ;o)

  7. Comme toi je n’ai pas d’enfant, et je n’ai jamais envisagé un seul instant être mère.
    Depuis que je suis mariée (à un homme qui ne souhaite pas avoir d’enfant non plus!), je suis littéralement harcelée de question, et constamment jugée sur mon (notre) choix.
    On a l’impression d’être considéré par la société comme des gens anormaux (par exemple nos voisins ne comprennent pas qu’on ait une maison alors qu’on n’a pas d’enfant!).
    Bref, ça fait plaisir de voir qu’il existe des gens comme nous!

  8. Certaines mamans sont tellement heureuses d’être mères qu’elles n’envisagent pas que tu puisses l’être (heureuse) sans enfant. A tel point que quand on m’a enlevé l’utérus (à 45 ans quand même !), une copine m’a dit : « tu pourras toujours adopter » … No comment … C’est une cause perdue …

  9. Ou celleux qui te disent « mais t’as pas peur de le regretter plus tard ? ». En fait j’ai arrêté de dire que je voulais pas d’enfant, pour le moment je reste évasive. Mais purée que ça me gonfle d’avoir à me justifier !
    Après pour ce qui est de rencontrer des gens, il y a de plus d’hommes et de femmes qui ne veulent pas d’enfants, donc j’espère que tu finiras par en trouver un sur ta route ^^
    des bisous ma belle

  10. Il y a celles qui veulent et qui peuvent.
    Il y a celles qui veulent et qui ne peuvent pas.
    Il y a celles qui ne veulent pas et peuvent.
    Il y a celles qui ne veulent pas et ne peuvent pas.
    On est toutes différentes.
    Certaines, comme toi, doivent faire face à l’incompréhesion et aux remarques blessantes.
    Certaines, comme moi, doivent faire face à la cruauté de la vie et aux remarques blessantes.
    Courage à toi et toutes celles qui ne rentrent pas dans les cases que la société impose.

  11. C’est dingue… aujourd’hui on renvoie à une mère qu’elle est moins compétente (potentiellement elle finirait plus tôt, serait de garde d’enfant malade, son attention serait ailleurs) en oubliant totalement qu’il y a un père dans l’équation. Et voilà que je découvre grâce à ton article que l’on fait subir les mêmes suspicions à une femme…parce qu’elle n’a pas d’enfant ! On marche sur la tête, quoi qu’il arrive on sera toujours l’objet de jugement.
    Pour les personnes qui te disent « tu verras plus tard » je pense qu’elles souhaitent te ménager une porte de sortie si tu changes d’avis, enfin j’imagine que c’est le cas lorsque c’est dit avec empathie et affection. Même si bien sûr on a jamais le cas inverse quand quelqu’un veut des enfants, on ne lui dit pas « tu verras plus tard »…
    Je crois que décidément cette société a du mal à accepter les choix des autres dès lors qu’ils ne rentrent pas dans le moule. C’est rageant. Courage à toi, en espérant que ce cheval de bataille ne t’oblige pas à te définir ainsi car tu as bien d’autres facettes de ta personnalité que les gens (et notamment un futur compagnon) feraient bien de reconnaître avant de t’étiquetter « celle qui ne veut pas d’enfant ».

  12. Je comprend très bien qu’on ne veuille pas vouloir d’enfant.
    Pour ma part, je n’aurais pas pu me mettre avec quelqu’un qui n’en voulait pas, étant donné que moi, j’en voulais.

    Et c’est vrai que si je venais à me séparé de ma femme, je ne me mettrai pas avec une fille qui en voudrais, pour la simple et bonne raison que j’en veux plus (mes 2 me suffisent :)).

  13. Lire un article comme le tien, ça fait vraiment du bien ! Je suis dans le même cas que toi mais à mon âge (27 ans) je suis encore en plein dans les remarques du genre « mais non tu verras plus tard ! » Seulement, je sais très bien au fond de moi qu’il n’y en aura jamais car l’envie ne sera jamais là.
    Encore la semaine passée, une collègue m’a dit qu’il ne fallait pas être égoïste…
    Hé bien sincérement, je m’en fiche ! Imaginons même que je le sois, je fais encore ce que je veux et ce que pense les autres, je m’en tape totalement. C’est ma vie, ma décision (la nôtre avec mon copain), mon uterus, et ce que pense les autres n’est pas important. Après, j’ai malheureusment un père et une belle-mère qui ne le comprennent pas du tout et me harcèle avec ça. C’est le plus dur à vivre je trouve mais je continue à croire qu’un jour, ils comprendront..
    Enfin voilà merci pour cet article, je me sens moins seule !

  14. Hello,

    Ton billet m’a parlé parce que j’ai 33 ans et je suis childfree par choix – j’ai toujours su que je n’étais pas faite pour être mère. Pourtant, j’adore les enfants ! C’est ce qui est le plus compliqué à comprendre pour les autres dans mon cas, le fait que j’adore les gosses et que je sache m’y prendre avec eux mais que je n’en veuille pas moi-même. Je suis tante depuis un peu plus d’un an et ça me suffit amplement 🙂

    Pour l’instant, j’ai mis ma vie sentimentale de côté parce que j’ai d’autres choses à régler mais évidemment j’ai pensé à cette question et pour moi les choses sont claires : si je me mets avec quelqu’un, ce sera forcément quelqu’un qui n’a pas d’enfants et qui n’en veut pas – c’est une condition non négociable en ce qui me concerne.

    Ton billet m’a également émue. Et mise en colère aussi… Pas contre toi, hein. Mais contre la société. Contre ces gens qui se permettent des remarques d’une débilité effarante et qui feraient mieux de s’occuper de leurs ovaires au lieu de se préoccuper des nôtres. Courber le dos parce qu’on n’éprouve pas le besoin de se reproduire ? Alors ça, ça me ferait mal, tiens ! Il n’y a pas de quoi avoir honte d’être childfree, à vrai dire c’est même le contraire : après tout, nous au moins on ne contribue pas à la surpopulation et à la pollution de la planète – arguments que je me fais un plaisir de servir aux gens qui se permettent de me faire des remarques. Non mais 😀

    Alors courage ma belle. Et Childfree Power \o/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s