In My Mind

Ma positive list pour 2017

positivelist

Quand une nouvelle année commence, beaucoup de gens prennent de bonnes résolutions (de celles qu’on ne tient quasi jamais d’ailleurs). D’autres font des listes de projets qu’ils aimeraient mener à bien. Dans un état d’esprit légèrement différent, j’ai listé une série de comportements que j’aimerais abandonner, arrêter, car ils me pourrissent la vie bien souvent, et m’empêchent de m’épanouir. Mais comme je n’aimais pas l’idée de partir sur un titre négatif (« choses que je dois arrêter de faire »), j’ai préféré réfléchir à une manière de penser cela positivement.

Voici donc la liste des choses que je vais mettre (enfin, c’est déjà le cas) en place :

* Pour arrêter de me concentrer sur le négatif, je m’efforce de mettre en pratique le truc (bien connu maintenant) des 3 kifs par jour: en fin de journée, j’essaie de me concentrer sur ce qui a été chouette au cours de celle-ci. Un fou rire entre collègues, un chouette livre trouvé, un câlin à mon chat, un bon moment entre amis, etc… J’essaie de pratiquer la gratitude en pensant ma vie à partir de ce qu’elle m’apporte, et pas à partir de ce qui me manque. 🙂

* J’ai tendance à beaucoup ruminer. Beaucoup trop. Le passé, encore le passé, je pense trop, et ça a tendance à augmenter mon anxiété habituelle. Je n’ai rien trouvé de mieux que…de m’occuper. Si, je suis sérieuse. Ca peut être une partie de n’importe quel jeu sur ma tablette, un passage sur twitter, un coup de fil, un moment couture, l’idée c’est de faire quelque chose qui demande suffisamment d’attention pour que mon esprit ne s’évade plus sur le négatif. Bizarrement, une fois que ma rumination est « coupée », je peux après faire quelque chose de moins prenant, et elle ne se manifeste plus (ou beaucoup moins).

* J’ai toujours eu une petite tendance à la critique, pour moi et les autres. C’est une habitude très difficile à lâcher tellement c’est devenu habituel, mais qui amène beaucoup de négatif dans ma vie. Pour le moment, j’essaie d’équilibrer mon avis sur les gens qui m’entourent, et moi-même également. Pour une chose négative que je pense, j’essaie de trouver systématiquement une chose positive. Si ça devient difficile, ou que le négatif est bien trop présent dans ce que je pense, j’essaie de réfléchir à ce qu’il en est de ma relation avec cette personne.

* Arrêter de me comparer aux autres. J’ai arrêté de le faire quand je me suis rendue compte que certaines personnes de mon entourage présentaient leur réussite, mais cachait bien des choses qui aurait montré qu’elles ont comme tout le monde une vie normale, et non pas une vie à paillettes. Et puis, veut-on tous la même chose? pas forcément. Pour m’y aider, je fréquente beaucoup moins…mon facebook officiel. Bizarrement je m’en porte beaucoup mieux 🙂

* J’ai continué mes petits trucs et astuces également pour mon anxiété et mes angoisses. Beaucoup de résultats positifs à ce niveau, je pense vous le développer dans un autre article 😉

 

Enfin, et c’est un point très, très important pour moi, je me préserve un maximum du positivisme extrémiste. Qu’est ce que j’entends par là? j’ai remarqué une tendance chez certaines personnes « accro » à tout ce qui touche au positivisme, et pas des moindre : l’idée qu’on ne peut plus avoir des moments de faiblesse. L’exemple typique pour illustrer cela, c’est la différence entre pleurer parce qu’on a marché pied nu sur un clou, et pleurer parce qu’on a marché pied nu sur un clou…il y a une semaine. Pour le deuxième, j’aurais envie de dire que oui, pleurer n’a plus de sens. Mais dire à une personne qu’elle a « un problème », car elle pleure parce qu’elle a eu mal est à mon sens assez dangereux. Je ne crois pas non plus que vouloir voir sa vie uniquement positivement en occultant la réalité soit une bonne chose. Récemment, j’ai eu une situation pas facile à gérer. Stress d’examen, coup du sort pour une formation, gros soucis au travail, bref, ce jour-là, les émotions ont débordé. Logique. J’ai été interpellée par une connaissance qui a voulu me donner un livre « changer de vie » accompagné d’un regard qui semblait dire « la pauvre, comme elle semble aller mal », alors que le lendemain ça allait mieux, et que deux jours après je n’y pensais plus. Bien sûr qu’on a le droit d’être triste, en colère, quand quelque chose nous arrive. L’idée c’est plutôt d’aller de l’avant malgré ça.

Est ce que vous aussi, vous voulez mettre en place des bonnes habitudes? 🙂
Follow my blog with Bloglovin
Rendez-vous sur Hellocoton !

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « Ma positive list pour 2017 »

  1. J’essaie de mettre en place les « bonnes habitudes » depuis quelques temps, le 14 janvier pour être exacte (depuis que j’ai déménagé), et pour le moment, cela fonctionne plutôt bien 🙂

  2. Ahhh toi aussi les ptits bonheurs quotidiens 😉 Je ne savais pas que tu étais une angoissée ou je l’avais omis (je crois que je te prends pour une nana bien plus forte que moi xD) 😚

  3. J’avais sauvegardé cet article pour le relire quelques temps plus tard et bien m’en imprégner, je l’ai relu aujourd’hui il est toujours aussi motivant. J’ai exactement les mêmes « travers » que toi et ta methode/ton point de vue (contre le positivisme extreme par exemple) résonnent en moi. J’espère que tu es sur la bonne voie entre temps 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s