Bientôt 40

40.

40 ans.

J’en ai entendu des choses là-dessus, mais ça me fait tout drôle de me dire que j’y serai dans 55 jours. Quand mes parents ont eu cet âge, ils me semblaient vieux. Enfin, ils l’ont toujours été de mon point de vue, vu qu’ils étaient mes parents. Je vais passer ce cap, et ma vie n’a rien à voir avec celle qu’ils avaient à l’époque. En fait, ma vie n’a rien à voir avec la plupart des gens que je connais qui atteignent cet âge-là.

Il n’y a rien à faire, arrivé à ce drôle de chiffre rond, il y a une envie de faire le point, je me dis que la moitié de ma vie est derrière moi, si pas les 2/3, tout dépend de la chance que j’aurai, et jusqu’où j’irai. Et le bilan est mitigé, décevant, et à la fois positif.

Je suis vraiment ravie d’atteindre cet âge avec mon état d’esprit que j’ai toujours conservé depuis mes 25 ans on dira. Je suis la même sur certains points, et à la fois pas du tout sur d’autres. Quand j’avais 20 ans ( 😀 ), j’étais en couple, et j’étais toute contente de me comporter en parfaite copine, cuisinière, femme de ménage, qui s’occupait de son mec comme quasi une maman. A l’heure actuelle, cette simple idée me donne envie de gerber. Les mentalités évoluent, la mienne surtout, et je ne supporterais plus de me comporter comme ça en couple actuellement. J’ai des attentes beaucoup plus élevées. Je me pose aussi souvent des questions par rapport à ce couple qu’on nous vend depuis qu’on est gamines. Célibataire, même si j’aimais la solitude, elle me pesait à force. Et maintenant parfois elle me manque.

Je suis beaucoup plus sensible à la pression sociale qu’il y a 10 ans. Elle ne s’arrête jamais. Tu es seule? tu la subiras. Tu es en couple? tu la subiras aussi. Tu as des enfants? ou pas? tu la subiras. En fait elle ne s’arrête jamais. Et elle me pèse plus parce que je m’étais toujours projetée jusque 40 ans, mais pas au-delà. Qui ai-je envie d’être après? quelle type de femme? quelle personne vieillissante? Quelle vie se dessine pour moi? Quelle vieillesse? (n’ayons pas peur des mots)

J’ai appris beaucoup de leçons. Que toutes les crèmes, les masques, et autres produits vendus ralentiront peut-être le temps, mais que les signes de l’âge sont inéluctables. Et que plus on vieillit, plus on devient invisibles en tant que femme. J’en ai toujours ri, mais c’est beaucoup moins drôle au quotidien. Il y a aussi le poids qui change, plus difficile de perdre les bourrelets, qui s’installent grâce au confinement et qui s’accrochent mieux qu’une moule à son rocher.

J’ai aussi appris que je ne peux pas changer qui je suis. J’aime le calme. J’aime avoir le temps de me ressourcer. J’aime pouvoir avoir le temps de continuer à apprendre plein de choses. J’ai besoin de découvertes et d’émerveillements, et la situation actuelle me fait sentir à quel point tout ça me manque.

L’une des leçons les plus importantes, c’est aussi que je ne suis pas, ou plutôt plus le genre de personne qui se réalise grâce à son couple. Je l’étais à 20 ans, mais je me suis construite moi-même les années qui ont suivi, en solo. Non, mon couple n’est pas ce qui me détermine. Et tant mieux dans le fond.

Et puis…il y a tout ce questionnement sur ceux qui m’entourent. Les ami(e)s présent(e)s, mais rares. Rares, malgré un nombre incalculable d’activités, de gens rencontrés. Il y a ceux qui sont là. Il y a tout ceux que j’ai rencontré et pour qui je n’existe plus. Ceux que j’ai laissé en chemin. Il en reste, les meilleurs on va dire. Mais…cela laisse place à d’autres questionnements. On parle de ces femmes sans enfants, qui avancent dans la vie seule (ou en couple) mais super bien entourées niveau social. J’avoue que ce n’est pas mon cas, et ça me fait peur pour l’avenir. J’ai peur de terminer en étant vraiment très seule. Et pour ceux qui auraient envie de l’ajouter, sincèrement un enfant n’y changerait rien.

Mes 40 ans vont arriver. J’ai prévenu tout le monde. Je ne veux rien. Par là, entendez pas de fête, surtout pas surprise. J’aurais peur qu’il y ait du monde, et qu’il n’y en ait pas. J’aurais peur de me retrouver à pleurer toute la journée, ou pas. J’avais d’autres envies. Parce qu’au départ, je voulais retourner au Canada. Puis je me disais l’Ecosse, joli et plus près. Puis j’ai pensé, juste un beau week-end à Bruxelles ou ailleurs avec un bon resto puis…bah peut être rien grand chose. Le coronavirus est passé par là. Je n’ai même pas envie de fêter ça avec une partie de ma famille. Quand on a fait les 40 ans de mon frère, il y a 4 ans, j’étais allé le chercher chez lui pour aller chez mon père où on devait manger. Toute la famille l’attendait. Je n’ai pas envie de voir que mon père, qui aurait été l’un des plus importants, n’y sera pas. Je préfère ne rien voir. Comprenez, ou pas.

Je le fêterai avec des amis, en échelonnant chaque personne, comme d’habitude, pour ceux qui seront encore là. Ça me fera plein de mini-anniversaires.

Mais c’est clair que je rêvais de quelque chose de plus…fantastique. J’ai dit il n’y a pas très longtemps « je veux la paix et Tahiti ». J’aurais sans doute juste la paix 😀

Mais malgré tout, une part de moi qui repense à beaucoup de personnes du passé, est triste de se dire que je les ai frôlés, mais que je n’ai pas vraiment eu une existence dans leur vie. C’est sans doute ça de faire le point sur sa vie.

J’ai un peu peur des années qui vont venir. J’espère qu’elles seront tout aussi belles ❤

6 commentaires sur « Bientôt 40 »

  1. Je ne sais pas quoi te dire, sûrement parce qu’il n’y a rien a dire au final. Que mes mots ne serviraient pas à grand chose. Mais en même temps, ton article est si personnel, si profond, que j’ai eu envie de commenter, ne serait-ce que parce que pour que tu saches que je t’ai lu et été touchée 😅 je ne suis pas encore au 40 (j’ai encore 3 ans devant moi) et ce n’est pas un cap auquel j’ai vraiment pensé, mais peut être parce que j’ai la chance d’avoir encore mes proches autours de moi et que pour le moment, je ne pense pas encore (trop) a ma mortalité et a la vieillesse 😅

  2. Je viens de les atteindre aussi… finalement, un âge comme un autre pour moi mais tu as raison, à 40 ans, on voit si on a cette vie que l’on a tant espéré ou non, on fait un peu le bilan. Mes pensées pour tout bientôt. Et puis, 40 ans en confinement… on s’en souviendra finalement.

  3. Hello you,,
    Je suivais ton blog il y a longtemps, et je retombe dessus par hasard..
    Quel plaisir de te relire…
    Et toujours tes textes qui me parle tant…
    Bon j’ai raté la partie où tu as rencontré quelqu’un…de bien sûrement ☺️

    Finalement, moi c’est 50 !! Mais j’aurai pû écrire la même chose que toi….c’est tellement ce que je pense et ce que je vis….a la différence que je n’ai pas d’homme dans ma vie…au quotidien…dans les pensées restent quelques merveilleux souvenirs…..mais comme tu dis, on devient très rapidement invisible….
    La vie passe en un éclair….
    Bon anniversaire

  4. J’avais pas lu cet article que je trouve génial et dans lequel je me retrouve bcp. On se fera Tahiti et on aura qu’à aller dans la même maison de retraite si tu veux 😬 bisous ma belle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s